Sélectionner une page

Merci à Ganaëlle Soussens, fondatrice du cabinet Soussens avocats, de m’avoir proposé de participer à sa lettre d’information, dans la rubrique « Inspiration « . Anne-Hélène Hamonic

« Anne-Hélène HAMONIC est la fondatrice de FACILAW, dont la mission est d’aider les avocats à améliorer leurs performances sans perdre leur âme. Anne-Hélène a une vision très humaine et très pragmatique de l’exercice de la profession d’avocat.

 

En février dernier, Anne-Hélène a affolé LinkedIn en offrant son Guide pratique sur la gestion du temps pour les avocats. La gestion du temps, des courriels, le développement commercial, la conduite du changement, autant de sujets sur lesquels Anne-Hélène fait progresser ses clients avocats avec le dessein qu’ils fassent évoluer leurs pratiques pour leur plus grand bénéfice.
Je suis fan de son travail qui allie technicité, savoir-faire et humanité et je suis ravie qu’elle se soit prêtée au jeu de cette interview. »

Ganaëlle Soussens

 

« Qu’est-ce qui te motive ?

J’aime faire bouger les lignes, améliorer ce qui peut l’être. Avoir un impact positif, même si ça peut sembler minime car je n’ai pas la prétention de sauver le monde 😉.
Je pourrais me dire qu’à ma petite échelle mes actions ne changeront pas grand-chose aux difficultés ressenties au quotidien par les avocats, mais à l’image du Colibri j’ai choisi d’agir plutôt que de rester immobile à constater et déplorer la situation.

Quand je vois qu’un tiers des avocats arrête le métier dans les dix premières années je me dis que c’est un beau gâchis ! Les avocats sont souvent démunis par rapport à la réalité de la profession, pas suffisamment armés à produire efficacement, organiser une équipe, communiquer, vendre… or le succès d’un cabinet aujourd’hui ne se résume pas à être bon en droit, il faut aussi être chef d’entreprise, et non ce n’est pas vulgaire de dire qu’un avocat est chef d’entreprise.

En tout cas cela a beaucoup de sens pour moi d’aider les avocats à retrouver du sens dans leur travail, de l’énergie… Pour qu’eux ensuite puissent aider leurs propres clients en ayant la satisfaction client au cœur de leurs préoccupations, en apportant des solutions tangibles. C’est en tout cas ce à quoi j’aspire et qui me motive chaque jour.

Comment tu transcendes les difficultés ?

Lorsque je rencontre des difficultés mes premiers outils sont la persévérance et l’optimisme. C’est bien ancré dans mon caractère, je suis quelqu’un qui garde le sourire, enfin en tout cas j’essaie.

J’ai aussi la chance d’être bien entourée. Je travaille beaucoup en réseau, des personnes avec qui je peux échanger lorsque j’ai des interrogations. Souvent le simple fait de verbaliser avec un tiers me permet d’avancer. Tout en respectant la confidentialité bien entendu puisque j’y suis très sensible après avoir passé 18 ans en cabinet d’avocats !

Et puis s’il n’y a pas de solution c’est qu’il n’y a pas de problème, alors les solutions on les trouve.

Quel est le succès, l’accomplissement qui fait ta fierté ?

Alors me concernant je dirais avoir créé mon entreprise, Facilaw. On peut dire que ma formation initiale ou mon environnement ne me prédestinaient pas du tout à ça ! C’est une histoire de rencontres, d’envies et de défis, c’est vrai j’en suis plutôt fière, et je ne compte pas m’arrêter là, j’ai plein d’envies !

Et bien entendu une fierté importante ce sont mes clients ! Lorsqu’ils m’indiquent avoir amélioré leur chiffre d’affaires mais surtout avoir retrouvé de la sérénité et de l’envie pour ce beau métier. Certains ont même renoncé à raccrocher la robe, quelle meilleure satisfaction pourrais-je demander ?

Pour tenter de remédier à ce gâchis, et ne pas arriver à ces situations difficiles, je vais par exemple lancer dans les prochaines semaines un parcours pour accompagner les avocats dans la création de leur cabinet, pour leur donner des clés pratiques afin de poser des fondations solides dans cette construction de cabinet. Objectif rentabilité et sérénité sans passer par la case déprime !

Une inspiration à partager ? (livre, film, podcast, série, etc.)

Je dirais le livre « E-mythe de l’entrepreneur, pourquoi la plupart des petites entreprises échouent », par Michael E. Gerber. Il explique l’intérêt de mettre en place des process (ça fait partie de mes dadas), de prendre de la hauteur sur son activité pour travailler non pas « dans » son entreprise mais « sur » son entreprise, inspirant ! »

Partager